Niamey/Nairobi/Genève, 17 Avril 2018—Le nombre croissant de personnes fuyant les conflits et l’arrivée continue de milliers de migrants exercent une pression sur les établissements de santé publique du Niger, mettant de nombreuses familles en péril – y compris des dizaines de milliers d’enfants malnutris.

Plus de 400,000 personnes – dont quelque 160,000 enfants souffrant de malnutrition – ont aujourd’hui, besoin de services de santé d’urgence dans la région de Diffa au Niger.

« Les migrants vivant au Niger sont très vulnérables et ont besoin de beaucoup de soutien dans de nombreux domaines », a déclaré le Dr Fatoumata Nafo-Traoré, Directrice régionale pour l’Afrique de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR). « Malheureusement, ils arrivent dans des régions pauvres où les communautés manquent presque de tout, augmentant ainsi le risque de tensions entre les populations locales et les migrants. Il est nécessaire de trouver un équilibre entre l’aide humanitaire apporté aux migrants et la réponse aux besoins des populations locales qui accueillent ces derniers au sein de leurs communautés ».

Le Niger est l’un des pays les plus pauvres du monde. L’Indice de développement humain le classe 187e sur 188 pays. la région de Diffa, située à l’extrême Est de ce pays de l’Afrique de l’Ouest, a connu au cours des cinq dernières années, une crise humanitaire complexe et sans précédent. Une violence récurrente est venue aggraver cette pauvreté, en obligeant des centaines de milliers de civils au déplacement. Beaucoup de personnes ont été forcées de fuir à plusieurs reprises et ont été laissées sans ressources ; la plupart, avec peu de biens et aucun moyen de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles.

Les défis humanitaires au Niger sont aggravés par le fait que le pays fait partie des principales routes migratoires pour des milliers d’Africains qui continuent de faire le périlleux voyage vers l’Europe, dans l’espoir d’une vie meilleure. L’afflux continu de migrants a exercé des pressions sur les établissements de santé, réduisant l’accès aux soins de santé primaires et les références sanitaires des personnes déplacées et des populations d’accueil.

En plus d’accueillir des milliers de migrants et de demandeurs d’asile des pays voisins, le Niger compte également des personnes déplacées internes. La situation s’est encore détériorée à cause des récentes sécheresses qui ont causé l’insécurité alimentaire.

« Le soutien nutritionnel, ainsi que les services de santé, d’eau et d’assainissement sont les besoins les plus urgents. La malnutrition dans la région de Diffa a atteint de graves niveaux d’urgence », a déclaré Ali Bandiare, Président de la Croix-Rouge nigérienne.

La FICR lance un appel de 1,6 million de francs suisses pour renforcer l’action humanitaire de la Croix-Rouge nigérienne, afin de sauver des vies et de réduire les souffrances de dizaines de milliers de personnes. L’appel d’urgence permettra au personnel et aux volontaires de la Croix-Rouge de conduire des séances de sensibilisation, de dépistage et de référence de la malnutrition, de surveillance communautaire des maladies, et de fournir des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement, ainsi que des services de santé maternelle et néonatale à plus de 43 000 personnes (plus de 6 100 familles) dans trois districts de la région de Diffa.

Related content
Media contacts

A Nairobi
Euloge Ishimwe
+254 731 688 613
euloge.ishimwe@ifrc.org

A Genève
Laura Ngô-Fontaine
+41 79 570 4418
laura.ngofontaine@ifrc.org