Kinshasa / Nairobi / Genève, 4 octobre 2018—Trois volontaires de la Croix-Rouge ont été blessés le mardi 2 octobre suite à une attaque, alors qu’ils effectuaient un enterrement sécurisé dans la ville de Butembo, dans le nord-est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Deux des volontaires ont été grièvement blessés et reçoivent en ce moment des soins médicaux pour leurs blessures.

Depuis le début de la flambée d’Ebola au Nord-Kivu, les équipes de la Croix-Rouge de la RDC ont été victimes d’actes de violence et d’agression de la part de communautés opposées à des protocoles d’enterrement digne et sécurisé. En septembre, un volontaire de la Croix-Rouge a été blessé lorsque des personnes ont lancé des pierres sur un véhicule transportant une équipe d’enterrement sécurisé. Toutefois, l’attaque de mardi a été le cas de résistance communautaire le plus violent à ce jour.

Dr Fatoumata Nafo-Traoré, Directrice régionale de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) pour l’Afrique a déclaré:

«Cela est un rappel terrible des dangers auxquels font face ces équipes de volontaires qui effectuent des enterrements sécurisés. Alors que nous dénonçons catégoriquement l’attaque contre nos collègues, nous comprenons la peur et la frustration que ressentent de nombreuses communautés du Nord-Kivu. La population a peur et beaucoup de rumeurs circulent, contribuant ainsi au renforcement du sentiment de peur et de méfiance.»

Le corps d’une personne décédée du virus Ebola est très contagieux et lorsqu’ il n’est pas correctement manipulé, peut contaminer d’autres personnes. Lors de précédentes épidémies d’Ebola, ces enterrements sécurisés ont été essentiels quant à l’enrayement de la propagation de la maladie.

«Chaque jour, nos équipes de volontaires mettent tout en œuvre pour renforcer la confiance, informer et aider les populations à comprendre le risque que présente Ebola. Cela est rendu possible par le fait qu’ils viennent eux-mêmes de ces communautés, parlent la même langue et comprennent les coutumes et croyances traditionnelles », a dit le Dr Nafo-Traoré de la FICR.

La Croix-Rouge a déployé des spécialistes à Butembo pour apporter un soutien psychosocial immédiat aux personnes touchées et s’emploie à l’amélioration de la sécurité des volontaires.

Grégoire Mateso Mbuta, président de la Croix-Rouge de la RDC, a déclaré:

«Nous appelons les communautés du Nord-Kivu à coopérer avec les volontaires et les agents de santé qui donnent de leur temps pour s’assurer que les communautés sont protégées de l’épidémie d’Ebola. Les volontaires locaux sont essentiels pour freiner la propagation de la maladie. »

Depuis le début de l’épidémie, plus de 180 volontaires de la Croix-Rouge spécialement formés ont effectué 162 enterrements dignes et sécurisés dans le Nord-Kivu.

Related content
Media contacts

À Kinshasa: Nelly Tangua, +243 973 580 816, nelly.tangua@croixrouge-rdc.org, nellymanou@yahoo.fr;,

À Nairobi: Euloge Ishimwe, +254 731 688 613, euloge.ishimwe@ifrc.org,

À Genève: Laura Ngo-Fontaine, +41 79 570 4418, laura.ngofontaine@ifrc.org