« Nous pensons que cette maladie qui tue nos proches est le moyen que Dieu a trouvé pour punir la population du Libéria de ne pas suivre sa Parole. »


Un auditeur qui appelait régulièrement le programme de radio

L’épidémie d’Ebola qui a touché l’Afrique de l’Ouest en 2014 a été la plus vaste et la plus complexe depuis que le virus Ebola a été découvert en 1976. Cette épidémie a entraîné plus de cas et de morts que toutes les autres réunies. Elle s’est propagée à travers l’Afrique de l’Ouest, touchant la Guinée, la Sierra Leone, le Libéria, le Nigéria, le Sénégal et le Mali. Dès le début de l’épidémie, la communication et la mobilisation des communautés ont joué un rôle crucial dans la mise en place d’interventions efficaces, en raison des mythes et de la méfiance qui se propageaient au sein des communautés. Les interventions ont mis l’accent sur la collaboration avec les communautés tant dans les zones touchées que dans les zones non touchées, afin de leur apprendre à se protéger du virus et à l’empêcher de se propager. Les équipes de la Croix-Rouge ont fait du porte-à-porte et ont travaillé en collaboration avec les aînés des communautés et les responsables religieux afin d’informer les familles de la façon dont le virus se transmet, des symptômes de la maladie et de l’importance d’obtenir un traitement précoce. Les messages visaient avant tout à corriger les mythes et à fournir des informations vitales. Par exemple : « Le virus ne se propage pas dans l’air, ni dans l’eau, et il n’est pas non plus le résultat d’actes de sorcellerie. Il se propage suite à un contact direct avec les fluides corporels d’une personne atteinte par la maladie. » Les retours d’information des communautés ont quant à eux permis d’obtenir une grande quantité d’informations et de données. Utilisation de plusieurs canaux de communication En plus du porte-à-porte visant à transmettre des messages clés et à écouter les membres des communautés, les Sociétés nationales ont, avec le soutien de la Fédération, utilisé une série de canaux de communication, tels qu’une série télévisée, des programmes de radio interactifs, des systèmes de SMS et une permanence téléphonique. En Sierra Leone, environ 2 millions de SMS étaient envoyés par mois ; ces messages ont joué un rôle important dans la fournitured’informations visant à sensibiliser les individus à la prévention du virus Ebola. Au Libéria, la Croix-Rouge a lancé une émission de radio mobile diffusée depuis une voiture, laquelle se rendait dans des communautés reculées afin d’offrir aux individus la possibilité de poser des questions à des employés et à des volontaires de la Croix-Rouge expérimentés dans le domaine de la mobilisation sociale et de parler de la maladie avec eux. Les émissions de radio ont également permis s’associer le public à la lutte contre le virus et de gagner la confiance des communautés qui s’étaient montrées résistantes face aux efforts de sensibilisation de la Croix-Rouge. Dans le même temps, la Croix-Rouge distribuait des radios fonctionnant à l’énergie solaire aux individus vivant dans des villages reculés afin qu’ils puissent écouter les émissions et y participer. En outre, des célébrités nationales et un producteur de film bien connu ont apporté leur soutien à la réalisation d’une série télévisée en Sierra Leone. Intitulée « Advice » (« Conseils »), la série, dont le script a aussi été adapté pour la radio, était diffusée dans le cadre d’une émission télévisée hebdomadaire de la Croix-Rouge. Mettant en scène des lieux et des personnages populaires auxquels les individus pouvaient s’identifier, la série s’est avérée être un moyen efficace de sensibiliser les communautés à la maladie.